Jésus

Photo fournie par Journeys with the Messiah de Michael Belk.

Il me semblait obligatoire pour un journal chrétien de s’attaquer, un moment ou l’autre, au portrait de Jésus.

Personnage historique ou légendaire, Jésus a fait couler beaucoup d’encre. Il a aussi été, au cours de l’histoire des religions, le prétexte à de nombreux conflits, à cause de différences de points de vue sur sa nature, ses propos ou encore son message. Chaque personne interrogée sur le cas de Jésus pourrait, j’imagine, donner une réponse spécifique… N’étant moi-même pas objectif, j’ai choisi de peindre le portrait du Jésus que moi je connais. Si le lecteur juge mon portrait incomplet ou trop subjectif, il trouvera une description plus générale sur Wikipédia en cliquant ici.

Le Jésus que je connais serait donc né aux alentours de la première année de notre ère, c’est du moins ce que nous indique le calendrier grégorien, que nous utilisons en Occident… Plusieurs sources nous permettent d’obtenir des informations sur sa personne et sur son œuvre : principalement la Bible mais également quelques sources non chrétiennes.

Il existe par exemple un texte datant de l’an 116 et provenant des Annales de l’historien romain Tacite. Ce texte relate comment l’empereur Néron, accusé d’avoir causé l’incendie qui ravagea Rome en 64, travaille ardemment  à trouver d’autres coupables, et rejette l’accusation sur ceux que « la foule » appelle chrétiens. « Ce nom leur vient de Christ, qui, sous Tibère, fut livré au supplice par le procurateur Ponce Pilate », et en fait supplicier bon nombre. http://bcs.fltr.ucl.ac.be/TAC/AnnXV.html#44

Que Jésus ait existé peu de gens en doute ; la grande question est plutôt « Qui a-t-il vraiment été, et qu’a-t-il réellement fait ?  » Pour répondre à la première question j’ai choisi l’extrait suivant :


Alors les spécialistes de la loi et les pharisiens amenèrent une femme surprise en train de commettre un adultère. Ils la placèrent au milieu de la foule et dirent à Jésus : « Maître, cette femme a été surprise en flagrant délit d’adultère. Moïse, dans la loi, nous a ordonné de lapider de telles femmes. Et toi, que dis-tu ? »
Ils disaient cela pour lui tendre un piège, afin de pouvoir l’accuser. Mais Jésus se baissa et se mit à écrire avec le doigt sur le sol.
Comme ils continuaient à l’interroger, il se redressa et leur dit : « Que celui d’entre vous qui est sans péché jette le premier la pierre contre elle. »
Puis il se baissa de nouveau et se remit à écrire sur le sol.
Quand ils entendirent cela, accusés par leur conscience ils se retirèrent un à un, à commencer par les plus âgés et jusqu’aux derniers ; Jésus resta seul avec la femme qui était là au milieu.
Alors il se redressa et, ne voyant plus qu’elle, il lui dit : « Femme, où sont ceux qui t’accusaient ? Personne ne t’a donc condamnée ? »
Elle répondit : « Personne, Seigneur. » Jésus lui dit : « Moi non plus, je ne te condamne pas ; vas-y et désormais ne pèche plus. »

Extrait de l’évangile selon Jean, chapitre 8, versets 3 à 11.


Jésus un bon exemple moral ?

C’est certain mais pas que ! C’est en effet son caractère moral qui m’a tout d’abord interpellé lorsque j’ai pour la première fois lu des propos rapportés de lui.

Aujourd’hui je dirais que chez Jésus, il y a plus qu’un bon exemple à suivre…

Notamment vis-à-vis de ce qui s’est passé il y a deux mille ans. Les textes faisant mention de Jésus en dehors de la chrétienté parlent souvent d’un homme ayant créé de l’agitation parmi le peuple juif. Un gourou de plus, ayant généré un nouveau mouvement sectaire.

Le monde chrétien, lui, nous rapporte une toute autre histoire… L’histoire d’un Dieu qui a envoyé un bout de lui-même sur Terre pour offrir à l’Homme une deuxième chance ! Pour illustrer cette histoire, imaginez qu’un gros mot vous coûte plusieurs dizaines d’euros, un mensonge des centaines et qu’une seule mauvaise pensée vous coûte plusieurs milliers d’euros. À contrario, un don d’argent vous rapporterait seulement quelques euros, tandis qu’un don d’organe vous rapporterait dix mille euros ; une belle somme mais trop rare pour compenser la dette que vous avez déjà bien accumulée…

Imaginez maintenant qu’un jour Dieu vous tende la facture très très salée de votre vie… Dieu savait que tout le monde arriverait devant lui avec une facture exorbitante. Il est donc venu, par Jésus, sur cette planète, pour mourir à la place de l’humanité et ainsi remettre à chacun un chèque de la valeur de nos dettes personnelles. Les chrétiens disent que lorsque Dieu leur tendra la facture salée de leurs vies, ils lui tendront le chèque de Jésus.

Pour poursuivre avec cette métaphore, tout le monde a donc reçu ce chèque il y a deux mille ans lorsque Jésus a donné sa vie. Malheureusement, tout le monde ne le dépose pas forcément sur son compte en banque …

Voilà, j’ai été fidèle à mon annonce du début de ce portrait : je vous ai présenté le Jésus que je connais… Le Jésus qui aime, celui qui tend l’autre joue (Matt 5 : 38-42), celui qui pardonne et qui prie pour ceux qui le crucifient (Luc 23 : 34), celui qui guérit…  

Et celui qui a payé ma dette !