Douter, Croire et Savoir (n°2)

Pour lire le 1er numéro cliquez ici


Je fais le postulat que croire ou ne pas croire en Dieu change de manière significative notre vision du monde. Cela nous oriente différemment dans nos vies quotidiennes, dans nos choix, et brouille parfois la limite entre ce que nous savons (scientifiquement parlant) et ce que nous croyons.

Le magazine Questions Sciences du mois d’octobre 2019 portait pour titre : « L’évolution, de l’apparition de la vie à l’Homme du futur » et soutenait que tous les organismes vivants descendaient d’un ancêtre commun (comparaison génétique), que notre planète Terre est âgée de 4,5 milliards d’années (datation radiométrique) ou encore que l’Homme et le singe ont en commun 98,8% de leurs ADN.

A quelques semaines près, à Mulhouse (Alsace), se tenait le premier congrès national « Bible et Science » organisé par Bible et Science Diffusion. Des généticiens, des physiciens, des biologistes ayant tous pour point commun de croire en Dieu et d’avoir une lecture littérale de la Bible, soutenaient eux un message totalement différent. Ils affirmaient que la Terre n’avait pas plus de 10.000 ans, que Dieu avait créé chaque grande famille du vivant de manière distincte et pour reprendre la comparaison Hommes-singes, l’un des conférenciers (André Eggen) tablait plutôt sur 85% d’ADN commun au lieu des 98,8% reportés par le magazine Questions Sciences

Pour moi l’explication à des points de vue si diamétralement opposés provient de leurs croyances sous-jacentes ! Ils ont assurément les mêmes données scientifiques, c’est leurs lectures de ces éléments qui diffèrent. Devant ces deux points de vue, ce serait une erreur de voir d’un côté des scientifiques rigoureux et objectifs, et de l’autre des scientifiques malhonnêtes. Je trouve cet exemple très intéressant car il me semble qu’il souligne parfaitement notre problématique… Et l’analyse est la même si nous abordons d’autres questions (vie après la mort, apparition de la vie, etc.)

En effet si la croyance sous-jacente des rédacteurs de Questions Science est : Dieu n’existe pas, il est légitime qu’ils soutiennent une théorie dans laquelle Dieu n’intervient pas (théorie de l’évolution ou encore génération spontanée). C’est d’ailleurs grâce à Charles Darwin, qui étaya la théorie de l’évolution d’un mécanisme pouvant expliquer à la fois la diversité des espèces présentes sur le globe, mais aussi le caractère aléatoire de ces évolutions(variabilité des mutations et sélection naturelle), que le néodarwinisme a pu s’affranchir de Dieu.

A l’inverse, si les conférenciers de Mulhouse croient que Dieu existe, il est logique pour eux que Dieu soit la source de la diversité du vivant et l’origine de la vie.

Je veux souligner que la position des conférenciers de Mulhouse (créationniste – âge Terre = 10.000ans) et celle des auteurs du magazine Questions Sciences (évolutionnisme athée) ne sont pas les seules positions existantes. Il existe également l’évolutionnisme théiste ou encore un autre type de créationnisme dans lequel l’âge de la Terre est plus vieux que 10.000 ans (cette interprétation repose sur la prise en compte des premiers versets du livre de la genèse pour lesquels il n’y a pas d’indication temporelle)

 + d’infos sur ces points de vue ici

Pour ma part, je ne crois pas que la théorie de l’évolution soit plus scientifique que le créationnisme. Plus commune oui, plus acceptée certainement – en France du moins – mais pas plus scientifique.

En effet Wikipédia nous dit que la science est un ensemble de connaissances découlant d’analyses minutieuses pouvant être répétées et vérifiées.

Le problème qui apparait dans l’une et l’autre des interprétations c’est le caractère vérifiable qu’impose la méthode scientifique (hypothèse, prédiction, essais, vérification).

Le généticien John Sanford, l’un des conférenciers du congrès de Mulhouse, s’attaquait au théorème de Fisher sur lequel une bonne partie de la théorie Darwinienne repose, pour souligner la fragilité scientifique de cette dernière (publication VO / Résumé FR). Si j’interroge M. Sanford sur l’origine de la vie, il me dira sans aucun doute : Dieu ! C’est là qu’il quitte le domaine de la science, puisque Dieu n’est pas vérifiable !

Maintenant si je me tourne vers les rédacteurs de Questions Sciences et leur demande pourquoi ils croient que la vie est d’abord apparue spontanément et sous forme simple  avant d’évoluer vers des formes plus complexes, ils me parleront certainement de la sélection naturelle et m’énuméreront beaucoup d’exemples de micro-évolution (transformation physique au sein d’une même espèce) en supposant qu’avec un laps de temps très long ces micro-évolutions deviendraient des macro-évolution (changements importants entraînant un changement d’espèce) ! Le problème de la vérification se pose alors une nouvelle fois car la macro-évolution n’a encore jamais été observée (pas de chaînon manquant existant) !

Les uns et les autres sont des scientifiques, mais leurs lectures dépendent seulement de leur croyance.

J’espère jusque-là ne pas vous avoir trop ennuyés ?

Auquel cas rendez-vous la semaine prochaine pour notre dernier numéro !


Pour lire le 3e numéro cliquez ici