L’affaire Floyd

Le 25 mai dernier, George Floyd est mort lors d’une interpellation par la police à Minneapolis, dans le Minnesota, aux Etats-Unis. Très vite, une vidéo de cette interpellation et de l’agonie de George Floyd filmée par une passante se propage sur les réseaux sociaux, fait le tour du monde puis finit dans les médias, à l’international. Les images effroyables de George Floyd criant « I can’t breathe » (« Je ne peux pas respirer ») immobilisé sous le poids de plusieurs policiers dont un appuyant son genou sur son cou pendant 8 minutes et 46 secondes déclenchent une vague d’indignation dans le monde. Ces images, rappellent d’autres affaires dont celle qui a fait naître le mouvement « Black lives matter » (« La vie des noirs compte ») mais ces images ne rappellent pas seulement des affaires qui ont eu lieu aux Etats-Unis… S’ensuivent alors de nombreuses manifestations dans le monde (Etats-Unis, France, Australie, Angleterre, Mexique, Belgique, Pays-Bas…).

Je ne veux pas ici faire l’état des lieux des problèmes qui gangrènent notre société ni chercher à expliquer le pourquoi du comment car je n’ai pas les compétences et l’expérience pour cela. Je veux ici vous parler de moi face à cette information et du travail qu’il est nécessaire de faire afin d’en ressortir quelque chose de positif.

« Une injustice, où qu’elle se produise, est une menace pour la justice partout ailleurs, car nous sommes tous pris dans un tissu de relations mutuelles. »

Martin Luther King

Les mots ci-dessus ont une pertinence encore plus frappante quand on sait qu’ils proviennent d’un des nombreux discours de Martin Luther King qui dans les années 60 manifestait pacifiquement pour les droits civiques des Noirs et contre la ségrégation aux Etats-Unis.
60 ans après, qu’avons-nous appris de l’histoire ?

Je peux comprendre la colère qui habite les cœurs comme les pleurs de ceux qui vivent des injustices au quotidien. Pour vous dire la vérité, à la vue de la vidéo de l’interpellation et de la mort de George Floyd, j’ai ressenti cette colère mêlée à une grande tristesse. Et alors que je la pensais disparue, elle m’a envahie à nouveau lors de visionnage, de lecture ou d’écoute de certains propos. Et elle a plusieurs fois refait surface lorsque j’entendais justifier cette violence, voire cette mort sous prétexte de casier judiciaire, comme si celui-ci était gravé sur notre peau et que selon nos actes passés les autres auraient un droit de mort sur nous.

En tant que chrétienne, je me suis alors demandée comment je pouvais à la fois être indignée voire révoltée par des propos tout en aimant celui ou celle qui les prononce, comment je pouvais ressentir de la colère contre certains policiers et nos institutions tout en respectant les autorités, comment je pouvais être autant irrité face à certains faits tout en ayant Jésus dans ma vie.

Cette colère, je sais et suis convaincue qu’elle ne produit rien de bon. C’est un travail de tous les jours que d’y renoncer avec l’aide de Dieu : « Laisse la colère, abandonne la fureur, ne t’irrite pas : ce serait mal faire » Psaumes 37 :8. Et je sais aussi, que la solution, la réponse, ce qui peut chasser cette colère ; c’est L’AMOUR.

Et vous vous demandez sûrement pourquoi tant d’ampleur ? Qu’est-ce qui justifie cette mobilisation mondiale qui a amené des milliers voire des centaines de milliers de Français à prendre la parole et manifester dans de nombreuses villes en France ?

Sans doute, parce qu’en France aussi des faits similaires se produisent et que cela ne concerne pas qu’une personne à plus de 7000km de chez nous. Peut-être aussi, car la police a un devoir d’exemplarité, que sa fonction est de faire respecter la loi, de maintenir l’ordre et d’assurer notre sécurité et qu’il est aberrant de se sentir en danger face à certains policiers. Ou bien, car ces violences engagent tout un système et une politique qui vont bien au-delà des actes de policiers isolés. Ou encore, parce que sous prétexte d’avoir une couleur de peau différente certain(e)s ne bénéficient pas des mêmes droits et sont quotidiennement victimes de discrimination. Mais surtout, car il y a un grand besoin d’AMOUR.

« L’obscurité ne peut pas chasser l’obscurité seule la lumière le peut. La haine ne peut pas chasser la haine seul l’amour le peut. »

Martin Luther King

Chacun d’entre nous doit travailler à ce même objectif ; l’amour.

Dans la Bible, Jésus nous dit en Matthieu 5 : « Vous avez appris qu’il a été dit : tu aimeras ton prochain et tu détesteras ton ennemi. Mais moi je vous dis : aimez vos ennemis, bénissez ceux qui vous maudissent, faites du bien à ceux qui vous détestent et priez pour ceux qui vous maltraitent et qui vous persécutent. » Et en Galates 5.14 il est dit « En effet, toute la loi est accomplie dans cette seule parole : tu aimeras ton prochain comme toi-même. » Ainsi, ces deux versets m’ont aidée à fixer mes yeux au bon endroit, à ne plus me laisser guider par mes émotions et à délaisser cette colère.

Car il ne s’agit pas de manquer de respect aux autorités, de ne pas aimer et de combattre la police ainsi que nos institutions. Il n’est pas question d’une vie qui compte plus qu’une autre. Mais il s’agit de condamner le mal. Ce n’est pas le peuple contre la police, ni les Noirs contre les Blancs mais un combat contre le racisme, un combat contre l’injustice. Et chacun d’entre nous doit prendre part à ce combat avec amour. Chacun de nous doit se sentir concerné.

Martin Luther King disait « Celui qui accepte le mal sans lutter contre lui coopère avec lui. »

« Ecouter la forêt qui pousse, plutôt que l’arbre qui tombe »

Friedrich Hegel

Ces manifestations ne se résument pas à des émeutes, des pillages et de la violence. Ces débordements restent minoritaires face aux nombreuses manifestations pacifiques mondiales et à la grande mobilisation sur les réseaux sociaux.

Ce que nous devons en retenir, ce sont l’unité, le soutien, la prise de conscience des uns et des autres, l’ampleur, la diversité des prises de paroles (Blancs, Noirs, célébrités, retraités, jeunes…), les prises de position forte, le réveil de grandes marques.

« Sois le changement que tu veux voir dans le monde. »

Gandhi

Le changement commence dans notre coeur.

Un travail d’introspection doit avoir lieu, le silence, l’ignorance, le manque d’empathie, le mépris de l’autre, l’égoïsme, l’intolérance, la minimisation ou la justification de faits offensants, le déni doivent cesser…

Il est nécessaire qu’on s’examine, qu’on s’éduque, qu’on se reprenne et qu’on reprenne les autres, qu’on essaye de comprendre, qu’on sensibilise, qu’on accepte le changement et la différence, qu’on lutte contre le racisme toléré conscient ou inconscient qui habite notre société mais surtout qu’ON AIME.

Et ce combat, c’est bien le combat de tout le monde, je vous assure.


« Ouvre ta bouche pour celui qui ne peut pas s’exprimer, pour la cause de tous les délaissés ! Ouvre ta bouche, juge avec justice et défends le malheureux et le pauvre ! » Proverbes 31 :8-9


Aimons-nous les uns les autres.