Langue de feu

Nos paroles ont un impact considérable. Elles sont capables de faire du bien comme du mal, elles peuvent construire comme détruire, mais elles laissent surtout une impression durable sur les personnes que nous côtoyons et elles révèlent notre caractère.
Depuis que je suis rentrée dans le monde du travail, il m’arrive d’être attristée de voir que, même adultes, nous reproduisons le schéma des cours de récréation. Nous nous laissons prendre au jeu des « on dit » et nous trouvons attrayante « la pause-café-clope » où circulent les messes basses, les plaintes, les critiques et les rumeurs.
Mais posons-nous la question : quels sont les dégâts que nous avons causés dans nos relations (collègues, amis, parents, couple…) parce que nous n’avons pas été capables de contrôler nos paroles ?
La Bible nous dit que la langue est un tout petit organe qui a une
puissance extraordinaire ; en effet, c’est un petit feu qui peut embraser toute une forêt. La langue ressemble au gouvernail d’un navire : il est bien petit par rapport à la taille du bateau, mais il détermine à lui seul la destination de celui-ci. (Jacques 3 :4-5)
Selon le philosophe Socrate, il y a trois questions que toute personne doit se poser avant de dire quelque chose.

  • Suis-je certain que cela est vrai ?
  • Est-ce bien ?
  • Est-il nécessaire de le dire ?

Si ce que nous souhaitons dire n’est ni vrai, ni bon, ni utile, pourquoi le dire ? Ces trois filtres constituent un excellent guide, aussi bien pour ce que nous allons dire que pour ce que nous allons écouter.
Aujourd’hui, je vous encourage à examiner vos paroles car elles sont le reflet de ce qui nous anime et elles ont bien plus d’impact que nous le pensons, pas seulement sur autrui, mais avant tout sur nous-mêmes. Elles déterminent avec quoi nous voulons être nourris, mais aussi avec quoi nous voulons nourrir les autres…